🐌 SLOW FOOD au domaine de la Portaniùre

Slow Food au Domaine de la PortaniĂšre : un succĂšs!

Cet Ă©vĂ©nement a Ă©tĂ© fait Ă  l’initiative du rĂ©seau MĂ©diterranĂ©en des ForĂȘts ModĂšles qui a demandĂ© Ă  ForĂȘt ModĂšle de Provence d’organiser une journĂ©e Slow Food. 

AprĂšs prise de contact avec le convivium Sud et aprĂšs Ă©change avec le Domaine de la PortaniĂšre, adhĂ©rent Ă  ForĂȘt ModĂšle de Provence,nous avons Ă©tĂ© invitĂ© Ă  joindre leur MarchĂ© de NoĂ«l afin de bĂ©nĂ©ficier d’une synergie commune.  

 

Ainsi le 12 dĂ©cembre, la 2Ăšme Ă©dition du marchĂ© de NoĂ«l au domaine de la PortaniĂšre Ă  CollobriĂšres a accueillie l’évĂ©nement Slow Food, organisĂ© par ForĂȘt ModĂšle de Provence.
Une trentaine de producteurs varois et artisans ont Ă©tĂ© prĂ©sents pour proposer leurs idĂ©es gourmandes pour les repas de fin d’annĂ©e, sous un beau soleil et une affluence d’environ 300 personnes sur la journĂ©e.


Cet Ă©vĂ©nement avait pour objectif de valoriser le terroir de notre rĂ©gion avec des confĂ©rences, visite du domaine et de ses produits, ainsi qu’une dĂ©gustation des produits issus du marchĂ© des producteurs locaux.


L’organisation s’est faite en partenariat avec : le Fonds Epicurien qui a pour vocation de soutenir financiĂšrement des projets Ă  but non lucratif, encourager l’entrepreneuriat et crĂ©er des vocations sur le thĂšme de l’alimentation durable sur notre territoire ; la RĂ©gion SUD Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur, le DĂ©partement du Var et le RĂ©seau MĂ©diterranĂ©en des ForĂȘts ModĂšles, d’oĂč Ă©manait la demande d’organisation d’un tel Ă©vĂ©nement, dans notre RĂ©gion.


AprĂšs l’ouverture du marchĂ© des producteurs Ă  11h, une trentaine de minutes plus tard Ă©tait organisĂ© la premiĂšre confĂ©rence : ForĂȘt ModĂšle de Provence et ses actions, par son secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral Philippe Duparchy, ainsi qu’une prĂ©sentation du Convivium Slow Food Sud par son prĂ©sident Raoul Michel. L’auteure du livre sur la Brousse du Rove, Mayalen Zubillaga, n’a pas pu venir, puisqu’elle Ă©tait cas contact.

 

Avec le projet de revaloriser les espaces forestiers en proposant des solutions de gestion adaptĂ©es au territoire Ă  travers la mise en oeuvre d’un programme d‘actions novatrices situĂ©es sur un territoire « tĂ©moin de la RĂ©gion ».


Les Objectifs :
– au niveau local et rĂ©gional, en mettant en oeuvre des actions concrĂštes Ă  valeur dĂ©monstrative sur son territoire de rĂ©fĂ©rence, qui se construit autour des massifs de l’Étoile, du Garlaban, de la Sainte-Baume et des Maures (organisation d’évĂ©nements, recherche et dĂ©veloppement en lien avec des universitĂ©s et laboratoires, programme de plantation, Concours d’Art et de Design, etc) ;
– au niveau international, en Ă©changeant des expĂ©riences et en coopĂ©rant avec les forĂȘts modĂšles des RĂ©seaux international et mĂ©diterranĂ©en, et avec d’autres entitĂ©s permettant de dĂ©velopper des relations utiles Ă  la rĂ©solution des problĂšmes de la forĂȘt provençale, afin d’apporter sa contribution au dĂ©veloppement durable des paysages forestiers en MĂ©diterranĂ©e, et dans le monde (actuellement, engagĂ©e dans 6 projets europĂ©ens !).


Aujourd’hui, le terroir qui nous accueille offre un cadre magnifique, rĂ©sultat vivace et vivant dans un site propice de l’engagement de plusieurs gĂ©nĂ©rations. C’est dans cet environnement que l’initiative du Domaine de la PortaniĂšre a permis de convier les acteurs du Convivium Slow Food.


Raoul Michel nous prĂ©sente l’origine et la dynamique Slow Food avec notamment le livre « La Brousse du Rove » et la dynamique autour.

Il cite Carlo Petrini qui expliqua cette dĂ©marche avec comme point de dĂ©part, le refus de la « malbouffe » mais, aprĂšs quelques annĂ©es l’existence du « mouvement » a changĂ©.
Au milieu des annĂ©es 90, il a l’intuition que l’on ne peut plus se contenter de parler de gastronomie de maniĂšre classique, Ă  la façon du gourmet ou du gourmand Ă©goĂŻste, ce qui n’a pas Ă©tĂ© perçu par tous
 Parler seulement d’art culinaire lui est alors apparu comme dĂ©passĂ© alors que la biodiversitĂ© mondiale Ă©tait menacĂ©e. Traiter de la gastronomie en se contentant de publier ou d’échanger des bonnes recettes devenaient dĂ©risoire lorsque tous les jours l’on perd des variĂ©tĂ©s de fruits et lĂ©gumes, des aliments, des racines.
DĂšs lors, Slow Food s’est mis Ă  lutter pour sauvegarder la diversitĂ© des cuisines Ă  travers le monde et de ce qui la rendait possible.

 

L’objectif global consiste Ă  corriger les failles du systĂšme alimentaire et Ă  progresser vers des systĂšmes alimentaires diversifiĂ©s, fondĂ©s sur l’agroĂ©cologie. Pour atteindre ce but, nous voulons :


‱ Sensibiliser le public et modifier les habitudes de consommation — Encourager les modĂšles de consommation et les rĂ©gimes alimentaires plus durables et Ă©cologiques, favoriser les actions visant Ă  modifier les politiques actuelles ;
‱ Changer le modĂšle de production— Promouvoir la transition vers une production alimentaire agroĂ©cologique ;
‱ Modifier les politiques relatives Ă  l’alimentation Ă  l’échelle internationale, nationale et locale — Renforcer la cohĂ©rence des politiques alimentaires.


Dans notre Région il existe plusieurs Convivium selon les territoires (Convivium Région, Convivium à Nice, et un Slow Food Var en création).
Notre intervenant nous prĂ©sente alors l’initiative de quelques Ă©leveurs qui ont dĂ©veloppĂ© un projet autour d’une race de chĂšvre locale qui a permis la crĂ©ation d’une AOP « La Brousse du Rove ». L’ouvrage a pu ĂȘtre Ă©ditĂ© avec l’appui du Fonds Epicurien.


D‘autres exemples ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©s permettant au public fort intĂ©ressĂ© de questionner et Ă©changer avec les intervenants.
ForĂȘt ModĂšle de Provence a ensuite organisĂ© le repas du midi sur la base de produits de saison, locaux et frais proposĂ©s par les producteurs prĂ©sents :


– Espadon pĂȘchĂ© du jour Ă  la plancha accompagnĂ© de son riz de Camargue, et d’une salade fraicheur
– Salade de saison, soupe de potimarron et dessert (figues semi confites au miel d’arbousier, crĂšme de marron Ă  l’arbouse et kiwis produit localement).

Un moment qui a eu du succÚs, bénévoles compris, exactement 91 repas ont été servis

L’aprĂšs-midi a Ă©tĂ© marquĂ© par la confĂ©rence itinĂ©rante, d’1h30, Ă  la dĂ©couverte du Domaine et de son patrimoine forestier, avec notamment :


– L’histoire du Domaine et ses productions ;
– Ses projets en cours avec ForĂȘt ModĂšle de Provence (plantation de 100 pistachiers veras, entre autres) ;
Puis des explications itinérantes sur les essences, en lien avec des projets :
– Le chĂȘne-liĂšge : le riche passĂ© industriel varois, le prĂ©sent d’une filiĂšre qui a du mal Ă  se relancer, mais l’existence aussi de projets d’envergure que nous soutenons. Nous avons Ă©galement parlĂ© du chĂȘne-liĂšge vis-Ă -vis des incendies et de l’importance de son biotope ;
– L’arbousier : tout l’intĂ©rĂȘt de cette essence, pyrophile, hĂŽte de 2 papillons : la ThĂšcle et la Nymphale, avec une maturitĂ© de son fruit et une floraison tardive permettant d’apporter des apports dans une pĂ©riode pauvre ;
– Le pistachier lentisque, en lien avec un de nos projets europĂ©ens (Med’Lentisk, avec la Tunisie, Turquie, GrĂšce, Sardaigne, menĂ© par l’Association Internationale des ForĂȘts MĂ©diterranĂ©ennes), et nos objectifs de valorisation : une recherche cosmĂ©tique menĂ©e avec l’universitĂ© de Nice et le laboratoire NissActive Ă  Grasse, un essai de production et de commercialisation d’hydrolat en lien avec le Domaine de la PortaniĂšre ;
– La bruyĂšre, avec l’anecdote que sa fleur peut ĂȘtre utilisĂ© dans la composition de la biĂšre (et l’était avant !).


Nous avons abordĂ© Ă©galement l’utilisation des bois locaux, les zones Natura 2000, la tortue d’Hermann et son aire de rĂ©partition.


La confĂ©rence a Ă©tĂ© menĂ©e par Nicolas Plazanet (chargĂ© de mission Ă  ForĂȘt ModĂšle de Provence) et Philippe Duparchy, son secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral, nous Ă©tions plus d’une trentaine !

Nous remercions le domaine de la PortaniÚre  ! 

Organisateur et lieu de l’évĂ©nement, le Domaine est situĂ© dans le Var entre CollobriĂšres et Pierrefeu, sur les contreforts des Maures.
13 hectares de vigne s’étalent sur les coteaux schisteux qui proviennent de l’altĂ©ration des roches primaires du Massif cristallin des Maures.
Son exposition Sud et Sud Ouest essentiellement, lui assure de longues journées ensoleillées.
Au sein du domaine, il y a Ă©galement une grande oliveraie ainsi qu’une pommeraie, assez rare dans notre dĂ©partement, avec 8 variĂ©tĂ©s de pommes : Gala, Pilot, Golden, Reinette Grise du Canada, Chanteclerc, Breaburn, Fuji, Granny Smith.
La PortaniĂšre s’inscrit dans un paysage typique composĂ© de chĂȘnes liĂšges, pins parasols (avec une magnifique allĂ©e), bruyĂšres, arbousiers, pistachiers lentisques. Le domaine est classĂ© intĂ©gralement dans l’aire d’Appellation d’Origine ProtĂ©gĂ©e CĂŽtes de Provence.

Pour en savoir plus sur Slow Food lisez aussi notre article sur Carlo Petrini : journaliste et critique gastronomique italien Ă  l’origine de Slow Food

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.