Carlo Petrini : journaliste et critique gastronomique italien à l'origine de Slow Food

Tout a commencé sur la piazza di Spagna, au coeur de Rome. Quelques touristes et surtout des manifestants ! Devant l’église de La Trinité-des-monts, en juillet 1986, se déroule une manifestation contre l’installation d’un Mac Donald’s. L’entreprise de restauration rapide est sous la critique du productivisme alimentaire.

 » We don’t want fast food ! « 

Pour l’anecdote, même Marcello Mastroianni distribura des pâtes sur place pour défendre les trattorias. Quelques semaines plus tard, intellectuels, chefs, critiques gastronomiques italiens et un certain Carlo Petrini, critique en œnologie (qui a soutenu la manifestation sans pour autant y participer)  se réunissent pour réfléchir à une alternative face au culte de la performance et à l’idéologie productiviste agricole et alimentaire. Parti du contraste entre fast et slow, c’est l’historien Massimo Montanari invente entre deux verres de barolo la formule « slow food ». C’est la première fois que la formule apparaît, le mouvement est né et l’escargot, « parce qu’il est lent et délicieux », sera son emblème. 

 

Carlo Petrini, avec son surnom de Carlin pour les intimes, est né le 22 juin 1943 à Bra, au Piémont. Il est un journaliste, sociologue et critique gastronomique italien. Il fonde et dirige l’association Slow Food depuis 1989 à la suite de cette manifestation. Carlo Petrini a été cité parmi les héros européens de l’année 2004 par la rédaction de l’édition européenne de Time Magazine.

Il écrit tout d’abord : La malbouffe ne passera pas ! 

Ce livre est le manifeste et l’historique de Slow Food. 

Il fait d’abord le constat que le plaisir de prendre le temps de manger ou de préparer soi-même un repas devient de plus en plus rare ! Avec les habitus du fast-food, des aliments synthétiques et des emballages plastiques, il y a une déconnexion des consommateurs avec le processus naturel de semer, faire pousser, récolter…

Une problématique émerge : La dégradation de la nourriture, avec ses dimensions culturelles, économiques et politiques, constitue une grave menace pour notre bien-être et notre santé. Comment protéger notre bien commun et préserver l’avenir ?

Cet ouvrage retrace les origines du mouvement Slow Food. Il présente en quatre chapitres, la vision de Carlo Petrini et les initiatives très concrètes mises en place en faveur de la biodiversité. Il y est notamment question de l’ « Arche du Goût », qui incarne une volonté de sauvegarde, inspirée du livre du sociologue Michel Lacroix Le principe de Noé ou l’Ethique de la sauvegarde.

Avec Slow Food, une nouvelle forme de consumérisme particulièrement inventive et efficace est née, entre alterconsommation et écogastronomie.

Il continuera d’écrire notamment :Bon, Propre et juste !

La parti pris est de raconter à travers 17 récits et anecdotes, la rencontre de paysans, de chefs cuisiniers, de produits rares et de saveurs oubliées…

Qu’est-ce que la gastronomie porte comme éthique ? Comment envisager l’alimentation au XXIème siècle et sous quel angle critique ? C’est ainsi que le critique culinaire s’interroge sur sa propre portée critique et ses enjeux.   

Être gastronome au XXIe siècle, oui.  C’est s’interroger sur  l’agriculture, sur l’identité des terroirs, sur l’environnement et la biodiversité, mais aussi sur  l’économie et sur la politique… C’est regarder le monde dans sa fourchette ! Ce que nous mangeons à le pouvoir d’orienter le monde et l’avenir

Quel avenir les produits alimentaires artisanaux ont-ils dans les pays industrialisés et les pays en voie de développement ? Comment préserver la biodiversité ? Comment mangera-t-on demain ? Quels modèles de consommation pour demain ?

Toute l’activité de Slow Food dans le monde est aujourd’hui guidée par ce simple slogan – Bon, propre et juste – qui détermine une nouvelle définition du concept de qualité et change les principes de la gastronomie, en les adaptant aux défis de notre temps.

 

Si ces livres vous intéressent vous pouvez les trouver chez son éditeur français Yves MichelManifeste Slow Food et Bon, propre et juste

 

 

1 commentaire pour “Carlo Petrini : journaliste et critique gastronomique italien à l’origine de Slow Food”

  1. Retour de ping : 🐌 SLOW FOOD au domaine de la Portanière – Forêt Modèle de Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *