Croatie : retours sur l’échange européen

Projet Eramus+, l'éducation et la coopération comme clés du développement durable

 
Du 31 mai au 2 juin 2022, à Groznjan en Croatie a eu lieu une réunion internationale dans la Forêt Modèle d’Istrie avec nos partenaires de l’Inspection forestière de Maskulińskie et du complexe scolaire forestier (Pologne, coordinateur du projet), et la Forêt Modèle d’Istrie (Croatie). L’enjeu de cette rencontre était de comparer nos moyens quant à l’éducation et la coopération dans le cadre du développement durable forestier. Cet échange a permis d’enrichir nos expériences respectives.

De Marseille à Grožnjan

Un avion depuis Marseille vers Venise, une voiture pour nous faire traverser l’Italie puis la Slovénie et nous voici à Grožnjan, en Istrie. Cette région fut longtemps vénitienne… Depuis les habitants sont souvent bilingue italien/croate. Pour être plus précis, son territoire correspond à la majeure partie de la péninsule d’Istrie.  Elle est composée de trois villes et neuf municipalités et une multitude de petits villages ruraux (39 335 habitants), dont Grožnjan, qui culmine à 228 mètres et domine toute la vallée de Mirna.

La Forêt Modèle d’Istrie est située dans le secteur Nord-Ouest de la péninsule d’Istria en Croatie. Cette Forêt Modèle a un paysage riche. Il couvre le bassin de la rivière Mirna qui inclut les Hauts-Plateaux de Cicaria et les montagnes d’Ucka. Environ 57 % de sa superficie sont des forêts (environ 66 556 hectares) dont la majorité sont des propriétés privées, comme pour la Région SUD (près de 80%).

Jour 1 : Introduction à la pédagogie forestière

Nous sommes accueilli à la municipalité de Groznjan par Ana Fornazar, coordinatrice de la Forêt Modèle d’Istrie. Elle nous présente à l’équipe municipale et aux différents acteurs locaux, notamment Barbara Sladonja de Forêt Modèle d’Istrie, suivi du discours de Claudio Stocovaz, Maire de la municipalité de Groznjan. 

Cette première matinée est destinée à la présentation des activités éducatives des 3 partenaires du projet :

  • L’éducation environnementale et forestière dans la Forêt Modèle d’Istrie” pour la Croatie.
  • Activités d’éducation forestière dans le district forestier de Maskulinskie” pour la Pologne
  • Pratiques d’éducation environnementale et forestière dans la Forêt Modèle de Provence” pour la France (avec la participation de Dave Lollman, chercheur au CNRS, Président de Planète Sciences Méditerranée et vice-président du réseau GRAINE PACA – réunissant des structures de l’éducation à l’environnement)

On a pu constater des similitudes dans les approches pédagogiques et éducatives et les outils employés. Quant à leur utilisation, ces outils trouvaient des contextes d’adaptation ciblés pour chaque situation et reproductibles. Cette approche théorique nous a permis d’ouvrir des horizons pratiques, avec cependant des différences au niveau de l’approche et de la vision de la forêt.

Dès lors comment évaluer la pertinence des projets d’éducation à la forêt ?

Nous avons découvert une initiative très pertinente en ce sens  : http://forestpedagogics.eu/portal/

Cette plateforme Internet forestpedagogics.eu entend se développer en tant que forum européen d’information et de communication sur la pédagogie forestière. Elle souhaite faire la démonstration des données importantes, des activités, des matériaux, des réseaux de forestiers, de pédagogues forestiers et autres acteurs de l’éducation forestière pour le développement durable. Elle pose les principes et objectifs de la pédagogie forestière qui peuvent se résumer ainsi : “Kids don’t need more toys, kids need more adventures ” (les enfants n’ont pas besoins de nouveaux jouets, les enfants ont besoin de plus d’aventures) ou encore  “the best door is the out-door” (la meilleure porte, c’est la porte vers l’extérieur). 

photo  Dave LOLLMAN

Visite de la forêt de Motovun

Nous avons poursuivi par une visite de la forêt de Motovun, qui fait partie de la Forêt Modèle d’Istrie et, qui s’étend sur 275 hectares le long de la vallée de la rivière de Mirna. C’est une des dernières forêts primaires méditerranéennes de plaine, composée de chêne commun, de frêne à feuilles étroites et d’orme. Ces forêts sont connues sous le nom de longozas. Il n’y a que trois forêts de ce type préservées en Méditerranée.

Le territoire est à l’intersection de plusieurs grandes régions florales (dinariques, alpiques et méditerranéennes) et la couverture de la forêt est dense. Le long de la côte de la montagne Ucka, des plages avec des tourbières d’automne (Seslerio – Fagetum Sylvaticae) sont les espèces prédominantes de forêts. Dans les régions basses et les forêts intérieures, on retrouve des chênes et de charmes noires orientaux (Querco -Carpinetum Orientalis), pendant que la région méditerranéenne est principalement composée de pins et de chênes méditerranéens.

Pendant plusieurs dizaines d’années, les pâturages et les terres agricoles ont été abandonnés, spécialement dans les Hauts-Plateaux, où la population a migré vers les centres urbains. Au cours des 50 dernières années, la forêt de Motovun a subi d’importants changements. D’une part, la construction de la route principale, un cours d’eau a été déplacé de manière non durable, ce qui a entraîné l’envahissement des sols, principalement, en raison de l’impossibilité de drainage des eaux de surface. On a pu le constater que le sol forestier – après une forte pluie – était resté particulièrement boueux et propice aux grenouilles de Lataste (Rana latastei). D’autre part, l’orme a presque disparu à cause d’une maladie, le chêne et le frêne sont également fragilisés. 

Des efforts ont été faits pour revitaliser ces régions en incorporant les cultures agro-forestières et en développant des services touristiques au travers d’activités balnéaires et d’évènements culturels ou artistiques. L’un des principaux défis pour les intervenants locaux est de trouver les bonnes solutions pour utiliser les superficies forestières comme sources génératrices de revenus.

Dès la création de Forêt Modèle d’Istrie, les objectifs étaient de réunir les représentants territoriaux afin de partager les connaissances et encourager la participation dans la commercialisation et la gestion des ressources naturelles, en particulier les produits de la forêt ainsi que l’éducation à l’environnement.

Aujourd’hui, il est strictement interdit de procéder à des interventions sans autorisation préalable. Il est seulement permis de récolter des truffes, il y en a d’ailleurs beaucoup dans la forêt de Motovun. Cette gestion durable des récoltes de truffes est encore en discussion (notamment sur la répartition financière) et c’est le but des forêts modèles que d’ouvrir les débats.

La truffe est une ressource importante qui attire désormais beaucoup de chercheurs de truffes professionnels et amateurs ce qui pose certaines problématiques quand à sa préservation. 

L'équilibre économique locale

Les terres agricoles représentent une partie importante du territoire (28 308 ha), où sont produits une variété de fruits et légumes, ainsi que l’élevage des moutons, des chèvres et des bovins. Au cours des 10 dernières années, la production d’olives a augmenté toutefois, cela fait en sorte qu’on abandonne les pâturages, ce qui entraîne une augmentation du paysage forestier. La pêche est la source principale de revenus pour les habitants vivant le long du littoral. 

Le déjeuner à la Taverne “Santa Terra” à Sovinjak a été l’occasion de parler produits comestibles de la forêt, sans surprise : le champignon est le produit roi.

Pour la consommation locale, principalement 6 espèces de champignons de la région sont récoltés:

  • la chanterelle (Cantharellus Cibarius) ;
  • la trompette de la mort (Craterellus Cornucopioides) ;
  • le Bolet (Boletus Aereus, B. Edulis) ;
  • le pieds de mouton (Hydnum Repandum, H. Reufescens) ;
  • & la truffe blanche (Tuber magnatum, T. Borchii) et noire (Tuber Melanosporum, T. Aestivum, T. Uncinatum, T. Brumale).


La ressource forestière la plus importante sur le territoire est la truffe blanche ce qui fait de l’Istrie et de la Forêt Modèle une destination mondiale de gastronomie. Grâce à un climat humide et des sols alcalins qui transmettent des arômes intenses, la truffe istrienne est une quête pour beaucoup. Chacun peut récolter jusqu’à 100 grammes de truffes pour sa consommation personnelle. Au-delà, il faut se procurer une licence payante auprès des autorités. Toutes les espèces de truffe sont récoltées intensivement par la population locale et présentent un revenu économique important pour la population rurale de la région. Environ 99% des truffes récoltées sont destinées à l’exportation, avec seulement 1% pour la consommation locale. Certains habitants se reconvertissent en chasseur de truffes – par vocation ou débouché économique prometteur – amateurs et professionnels arpentent le territoire forestier à la recherche de ce champignon si convoité. 

Nous avons été présentés à un ancien ingénieur agronome qui a décidé de se reconvertir en chasseur de truffe professionnel. Il était accompagné de deux chiens truffiers, le dressage nécessite plusieurs années. Ajoutons à cela que la recherche de truffe dépend des aléas climatiques. 

Nous avons eu une démonstration de recherche de truffe in situ.

Quelques temps avant nous, Netflix s’y était cassé les dents en tentant de filmer plusieurs jours notre chercheur sans rien trouver ! Quant au New York Times, ils avaient été beaucoup plus chanceux !

Notre accompagnateur nous a posé dès le début les limites de l’exercice, peu évident et il nous a fait une démonstration en nous demandant de cacher une truffe, loin des chiens et sans qu’ils ne l’aperçoivent. Le flair des canidés ne les trompent pas, ils filent vers le point caché, la pointe et ils commencent à la déterrer. Le dresseur les stop, balaie doucement la truffe pour ne pas l’endommager – sans quoi elle perdrait une partie de sa valeur- et l’extrait du sol. Il nous explique que c’est primordial de reboucher le trou pour donner une chance aux autres spores encore présents de donner de nouvelles truffes dans 2, 5 ou 10 ans.  Les chiens ne mangent pas la truffe dans sa main, sauf si elle tombe à terre…  

L’expérience est simple, éducative et éloquente. 

À moins de 500 mètres de notre terrain de jeux et d’expérimentations, nous rejoignons le restaurant Zigante, remarqué au guide Michelin puisque la région d’Istrie est “l’un des meilleurs endroits pour déguster cette délicieuse spécialité” et que son fondateur est le découvreur de la plus grosse truffe du monde au Guinness World Records.

Son fondateur, Giancarlo Zigante, qui nous a accompagné tout au long de l’échange, est une personnalité importante de Croatie, il est membre de Forêt Modèle d’Istrie, et vous serez surpris de savoir ce qu’il a fait de cette truffe de 1,310 kg :
J’aurais pu la vendre pour 1 million d’euros et faire fortune, mais j’ai tout de suite su que je ne voulais pas faire ça. C’est bien d’être riche, mais je pensais que la truffe aurait plus d’impact si elle était partagée. La truffe a été trouvée en Istrie et devait être consommée ici, et non vendue à une personne riche à l’étranger“, confie-t-il au Guardian.

200 convives invités à partager cette exceptionnelle truffe, même le président de la Croatie était là. La découverte de la plus grande truffe a marqué le début du succès commercial de la société Zigante, qui est aujourd’hui le leader mondial des truffes croates. Et c’est habillement qu’il s’en est servi pour placer région d’Istrie sur la carte de la gastronomie mondiale. 

Il découvre une truffe à 1 million d’euros… et préfère la manger entre amis

La Forêt Modèle travaille avec les intervenants locaux pour accentuer la protection du milieu.

C’est un projet de conservation de l’habitat de la truffe qui vise à préserver la truffe blanche, l’une des ressources forestières les plus importantes dans le bassin inférieur de la rivière. Les variétés de truffes sont récoltées intensément, ce qui entraîne une dégradation de l’habitat et devient plus menacée en raison de la récolte non durable. L’augmentation de la demande, la faible disponibilité et la reproduction coûteuse soulèvent un besoin d’amélioration des pratiques pour en faire une industrie durable. 

D’ailleurs, plusieurs panneaux sur la route principale de l’État communiquent en ce sens : « Les habitats des truffes sont en voie de disparition ! » Préservons-les avec une collecte sélective ». 

Le village de Montovun

La 1ère journée se termine au sommet du village de Montovun. C’est un point sublime pour y admirer la rivière de Mirna ou Quieto qui coulent au pied de la colline. On y aperçoit aussi la forêt de Motovun de haut et nous avons pu apprécier sa superficie (environ 10 kilomètres carrés) dans la vallée de la rivière Mirna qui compte 280 hectares. La vallée de Mirna est une zone qui diffère complètement non seulement des forêts voisines, mais aussi de celles de toute la région karstique environnante en raison de sa faune, de son sol humide et de ses précieuses truffes. La zone protégée est occasionnellement inondée.

Le village est figé dans sa forme médiévale avec des influences romaines, vénitiennes, austro-hongroises … entre autres. Il est célèbre grâce au conte de Veli Jože écrit par Vladimir Nazor, sur la légende d’un gentil géant chargé d’entretenir les forêts et les champs, symbole de lutte pour l’égalité et l’émancipation. Zigante fini par nous pointer du doigt les vignes qu’il cultive aussi. Sur les pentes de ses collines, les raisins des célèbres vins d’Istrie sont cultivés : le Teran et le vin Malvazija. 

photo  Dave LOLLMAN

Jour 2 : De l'éducation avec la forêt

La pédagogie forestière en Istrie a donné lieu à un programme d’éducation forestière pour les enfants et les adultes et ce deuxième jour a été consacré à sa découverte et à 9:30 nous étions au jardin d’enfants forestier “La forêt colorée” à Nova Vas.

Les membres de la Forêt Modèle et les experts externes collaborent pour créer des ateliers sur l’éducation forestière et le développement durable. L’objectif du programme est d’éduquer les enseignants sur les avantages et les compétences associées à la pédagogie forestière, afin qu’ils puissent mettre en œuvre leurs propres activités de pédagogie forestière avec les enfants. Les jardins d’enfants forestiers sont rares en Croatie et représentent un mode alternatif de séjour organisé et d’éducation dans la nature. Un tel jardin d’enfants combine l’art, la socialisation, la relaxation et la recherche. Il cultive des traditions, préserve l’environnement et permet aux enfants de rester dans la nature, sans bruit.

Nous avons été invités à traverser le village pour nous rendre au potager, nourrir des animaux et arroser les plantes. C’est un rituel quotidien pour les enfants. Puis ils nous ont invités dans leur forêt, dans un espace aménagé avec cordes aux arbres, tyroliennes, cabanes, table de camping … Elsa Demark Mazalovic, l’éducatrice de maternelle a préparé un programme avec des collaborateurs externes tout au long de l’année. Les enfants participent à divers ateliers tels que des exercices corporels et de danse, des recherches sur la nature, des contes, l’apprentissage de la patrie, des ateliers de musicothérapie et d’argile, etc. 

Nous avons eu une démonstration d’une matinée d’atelier. L’appel est fait à la flûte, avec les félicitations pour les enfants sages qui sont arrivés rapidement autour de la maîtresse. Puis nous avons été invités à former un cercle avec les enfants pour une séance d’étirements et de relaxation avant de débuter l’activité. Le but était de recréer le nom d’un insecte en cherchant chaque lettre par une chasse au trésor dans la forêt.

La pédagogie forestière est une discipline qui relie les écosystèmes forestiers au travail éducatif dans l’environnement naturel. L’objectif est d’encourager les sentiments positifs pour les enfants lors de leurs visites dans la forêt, afin qu’ils continuent à revenir dans la forêt et à la reconnaître comme un écosystème de grande valeur.

« Histoires sur la Forêt » est un programme conçu pour que les enfants apprennent directement à travers la nature. Le programme a débuté en 2018 et a atteint 300 enfants à ce jour, avec des parents et leurs enfants, âgés de 5 à 9 ans des villes de Pula, Porec et de Rovinj. Dans le programme, les enfants développent l’indépendance, l’empathie et, apprennent le travail d’équipe et l’acceptation des autres. Les enfants sont encouragés à explorer et à observer de façon indépendante, à s’exprimer de façon créative et à renforcer leur coordination et leur dextérité.

 

photo  Dave LOLLMAN

Pour les adultes, les informations sur la forêt passent différemment. C’est le distinguo classique de la pédagogie et de l’andragogie. Forêt Modèle d’Istrie publie le « Sentier de montagne d’Istrie – Guide et Journal » en collaboration avec la Fédération de randonnée d’Istrie. En suivant un parcours, la stimulation d’expérience et d’apprentissage est renforcée chez l’adulte. Il était logique que nous continuions l’expérience en suivant le programme avec une visite de la grotte de Mramornica. Le lieu est incroyable est chargé d’Histoire et d’histoires. Une des croyances à l’époque était que l’eau contenue à l’intérieur des stalagmites pouvaient soigner toutes les maladies … entrainant la destruction d’une partie des formations calcaires. Le temps de la caverne relativise les effets de l’homme sur l’environnement. Il ne faut pas considérer cette anecdote dans une subjectivité relative, mais plutôt la placer dans un contexte d’apprentissage par les adultes de l’environnement dans une expérience. C’est un moyen très efficace et adapté de faire passer des messages.

photo  Dave LOLLMAN

 

Dans la même continuité, nous avons visité l’usine truffière Zigante. La découverte de la plus grande truffe, qui a ensuite été inscrite dans le Livre Guinness des records, a marqué le début de l’essor commercial de Zigante, leader dans le monde de la truffe croate comme nous l’avons décrit. Le siège social de Zigante tartufi Ltd. est situé près de Groznjan et dispose de bureaux dans de nombreux pays européens ainsi qu’en Australie, au Japon et aux États-Unis. Aujourd’hui, les clients peuvent trouver les produits Zigante dans toutes les chaînes de magasins et les magasins spécialisés. Ils sont distribués sous sa marque ou en marque blanche pour de nombreuses compagnies. L’usine est flambant neuve. Une odeur de truffe imprègne notre peau jusqu’à notre âme malgré nos blouses plastiques de visiteur. C’est une usine de conserve, il y fait extrêmement chaud. Dans cette visite, nous avons pu constater le poids économique que représente une industrie telle que la truffe. La visite guidée d’entreprise est un des moyens de créer de l’éducation pour les adultes notamment dans des secteurs dont on ne soupçonne pas l’existence.

photo  Dave LOLLMAN

Jour 3 De l'éducation et de la coopération

Il nous ait proposé de visiter de la ferme familiale Kocijancic, à Kastelir. La famille Kocijancic est connue pour ses diverses productions issues des ressources naturelles de la région où elle vit. Ils produisent du miel, de l’huile d’olive, du vin, des jus, des confitures et ils fabriquent des produits cosmétiques, médicinaux et des thés à partir des herbes. Ils ont lancé l’un des premiers tourisme Robinson où ils accueillent des personnes dans des maisons en bois sans électricité. Nous avons été invités à découvrir la production de savon et d’huile à base d’herbes et de plantes de la forêt. Nous avons cueilli du millepertuis (Hypericum perforatum) pour ensuite en faire une huile aux vertus médicinales. Encore une démonstration donc de la vertu d’éduquer par la pratique et le jeu même les adultes.

Certains d’entre nous on pu faire du parapente à Kastelir, au club de vol libre “Wings of Mirna”. L’une des meilleures façons de découvrir la région de la Forêt Modèle d’Istrie, c’est de voler ! Et c’est possible toute l’année grâce au climat méditerranéen. C’est encore une fois un moyen de transmettre des messages éducatifs aux adultes.

photo  Dave LOLLMAN

Pour clore notre programme, nous avons rejoint ensuite l’association pour la promotion de l’éducation en plein air “Drijade” à Tar. L’association organise chaque semaine des ateliers créatifs, scientifiques et, de scoutisme dans la nature pour les enfants d’âge préscolaire et le début de l’âge scolaire. Des ateliers spontanés, conçu de manière créative, enseignent aux enfants l’importance du travail d’équipe et l’interconnexion de la nature et de l’homme comme base pour créer un avenir durable. Découvrir le monde magique de la nature, “lire” des boussoles et s’orienter, rencontrer des oiseaux, des insectes, des plantes et des minéraux, explorer, grimper, jouer et randonner, fabriquer des objets à partir de matériaux naturels et préparer des aliments, par le biais du jeu et de l’apprentissage par l’expérience.

Notre groupe a participé à l’atelier de pédagogie forestière avec les éducateurs de Drijades. Il s’agissait de plusieurs jeux : lire une boussole, faire de l’observation, mesurer les arbres, observer les cimes avec un miroir, construire des nids avec des pinces à linges … des activités ludiques et faciles à mettre en place par des éducateurs. 

Le jeu est une des clés de la coopération.

photo  Dave LOLLMAN

 

En conclusion, chaque forêt modèle est différente. Ici, la forêt modèle d’Istrie promeut la pédagogie de la Forêt en Istrie et en Croatie par la coopération avec les écoles, les garderies, les experts et le public en organisant des ateliers et des conférences pour les enfants et les adultes. Elle agit pour informer le public au sujet de l’importance de préserver le milieu dans lequel se trouve la truffe pour continuer à faire fonctionner l’économie locale.

Dans le cadre de ce projet, le prochain échange se fera en Pologne en novembre 2022. 

1 commentaire pour “Croatie : retours sur l’échange européen”

  1. Thank you very much French colleagues for the article. We all have enjoyed our cooperation in the frame of this project.Looking forward further cooperation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.